Image default
Marché immobilier

La vente en viager à Paris en chiffres

La vente en viager est quelque chose qui échappe à beaucoup de monde. En effet, ce n’est pas un concept de vente des plus connus et peu de personnes osent se lancer dans l’aventure de la vente en viager. Pourtant, à Paris, les chiffres sur le viager sont prometteurs quant à une évolution positive. Certes, avec le niveau de vie et les difficultés que rencontrent de plus en plus de retraités à finir les fins de mois, la vente en viager leur apporte des facilités et leur permet de pouvoir sortir la tête de l’eau dans une société parfois peu adaptée aux personnes en difficultés.

Qu’est-ce que la vente en viager

La vente en viager de gré à gré est un système de vente qui permet aux personnes âgées de mettre en vente leur bien immobilier tout en pouvant bénéficier d’un droit de résidence dans ledit bien. Ils touchent une première somme appelée le bouquet et ensuite tous les mois ils recevront une rente qui sera calculées sur des critères prédéfinis et qui durera le temps prévu sur le contrat de vente en viager. De cette manière, les retraités peuvent continuer à occuper leur bien sans avoir à déménager, ce qu’on appelle le viager occupé. En revanche, si les retraités déménagent, en général en maison de retraite, ils pourront continuer à financer leur pension grâce aux rentes et là, ce sera le viager libre. L’acheteur peut jouir du bien tout en continuant à payer les vendeurs.

Quelques chiffres pour mieux comprendre

Les derniers chiffres sortis concernant la vente en viager en région parisienne sont assez clairs.

  • Entre 300 et 700 ventes ont été réalisées sur plus de 160 000 ventes classiques, avec une moyenne de 78 ans pour les vendeurs et de 48 ans pour les acheteurs.
  • 86% des ventes sont en viager occupé et 14% en viager occupé.
  • 45% des ventes ont eu lieu à Paris.
  • 55% en IDF.

Il est clair que ce système n’est pas énormément répandu. Les notaires parisiens mettent ça sur le compte d’un malaise des acheteurs de parier sur la durée de vie du vendeur et que cela pourrait limiter l’acte de vente et le choix de s’y intéresser.

Vers un viager mutualisé

Avec les difficultés de la vie quotidienne trouver un acheteur devient de plus en plus compliqué. Il est très difficile de s’assurer de la solvabilité à long terme de l’acquéreur et forcément, sans solvabilité, pas de rentes mensuelles. C’est pourquoi, depuis les années 2010 est né un système de viager différent appelé le viager mutualisé. Cette nouvelle méthode apporte de nombreux avantages. Dorénavant, les acheteurs ne sont plus des particuliers mais des fonds d’investissement et le système de rentes mensuelles disparaît complètement pour laisser place à un paiement intégral de la somme de la valeur du bien immobilier.

Le calcul de base reste inchangé, la valeur du bien est estimé par un agent immobilier et le système de bouquet et du calcul des rentes existent encore. En revanche, les fonds d’investissement versent intégralement la somme, (bouquet + rentes) en une seule fois. De cette manière, le retraité peut toujours jouir du bien et y habiter, mais il n’est plus propriétaire. Il pourra alors plus facilement envisager les différentes dépenses qui sont liées à son quotidien et sera alors sûr de pouvoir anticiper tout risque ou imprévu de la vie qui pourrait arriver à tout moment.

Related posts

Chasseur immobilier : sont-ils tous fiables ?

Irene

Saint-Jean-de-Luz, un endroit par excellence pour passer en mode basque

Tamby

Sur quel type de bien immobilier investir au Pays basque ?

Tamby